Etape de Charvieu Chavagneux

Nous étions devant la Mairie de Charvieu Chavagneux dans le Rhône Alpes pour notre Tour de France "unis pour l'égalité" 

Nous combattons depuis 5 mandats le maire Dezempte qui avait fait raser une mosquée de sa commune au bulldozer en 1986, voulu faire un référendum municipal sur le seuil de tolérance en 1997 (empêché par le conseil d'Etat) en ayant revendiqué d'avoir fait baisser de 84% à 30% le pourcentage d'immigré dans son quartier HLM de sa ville.

Dezempte préemptait la maison d'un vendeur parce qu'un acheteur était maghrébin en 2000 et état condamné à une peine inéligibilité annulée par la cour de cassation (une bataille qui m'avait pris 10 ans). Il avait aussi fait créer un logciiel a l'OPAC 38 dont il dirigeait la commission d'attribution qui permettait de répartir selon une grille de peuplement en fonction de l'origine du locataire (que je faisais interdire en 2000 sans réussir a le faire condamner) . 

Mais le Maire toujours en place continue sa politique anti immigrés et anti musulmans. Voilà qu'il prend en octobre 2015 une délibération réservant a sa commune d'accepter la venue d'une famille syrienne uniquement si elle est chrétienne. Nous devons signifiez aux habitants de sa ville qui sont étrangers, musulmans qu'il ne doivent pas se laisser faire. Dur Dur quand on sait que le maire a tué l'opposition municipale

 

Rencontre avec le maire de Tigneux (Isère) pour que nous puissions le convaincre de conditionner sa signature en faveur d'un candidat à la présidentielle en échange de promesse de porter les revendications des Maisons des Potes contre les discriminations ! #Tdf2016

 

lls sont partis de Marseille, le 14 novembre, termineront leur “Tour de France unis pour l’égalité” le 17 décembre à Paris. Les marcheurs des Maisons des potes étaient lundi devant la mairie de Charvieu-Chavagneux et ont déployé une banderole indiquant “Faire de l’égalité une réalité”.

Après Vitrolles, Fréjus, Béziers, avant Grenoble vendredi, cette dizaine de militants entendait dénoncer « le racisme et les discriminations », a indiqué Samuel Thomas, président de la fédération nationale Maison des Potes, ancien vice-président de SOS Racisme.

Ils plaident pour le CV anonyme, la régularisation des travailleurs sans papiers, l’application de sanctions contre « les paroles racistes et les discriminations ».

Dans un communiqué, le chargé de communication des Maisons des potes et marcheur, Karim Benchaib, a fait savoir hier : « Nous combattons depuis cinq mandats le maire de Charvieu-Chavagneux, qui a fait raser une mosquée de sa commune au bulldozer en 1986, a voulu faire un référendum municipal sur le seuil de tolérance en 1997, empêché par le Conseil d’État, en ayant revendiqué avoir fait baisser de 84 % à 30 % le pourcentage d’immigrés dans le quartier HLM de sa ville. »

Faisant allusion à la délibération votée par la commune en 2015 conditionnant l’accueil d’une famille de réfugiés à sa confession chrétienne, M. Benchaib a dit : « Le maire continue sa politique anti-immigrés et anti-musulmans ».

Le maire Gérard Dezempte, justement, a réagi hier dans un communiqué : « Il convient de préciser que la “Maison des Potes” est une succursale de SOS Racisme, créée pour récupérer un maximum de subventions publiques. Le contribuable est en réalité le financeur principal de ce groupuscule qui ne représente que lui-même. » M. Dezempte a ajouté : « Un de ces jeunes, filmé, s’est permis de dire : “Charvieu-Chavagneux est une ville de droite extrême”. Je ne sais pas ce que veut dire l’anathème “droite extrême”. Je dois toutefois reconnaître, avec fierté, que nous sommes “simplement de droite”. Nous sommes de droite car, dans la commune de Charvieu-Chavagneux, il n’y a pas de zones de non-droit ; aussi car nous avons considérablement réduit les impôts locaux ».