Egaux dans le travail, égaux dans les droits!

Egaux dans le travail, égaux dans les droits!

               Procès des cheminots marocains, aujourd'hui à 13h                                                                 

 A lieu aujourd’hui auprès du Conseil des Prud’hommes de Paris, une audience opposant la SNCF à 62 cheminots marocains pour discrimination à la nationalité.

Nous interpellons les candidats à l'Election présidentielle

La Fédération Nationale des Maisons Des Potes (FNDMP) a demandé aux candidats à l’élection présidentielle de s’engager à faire cesser cette discrimination pour faire de l’Egalité une réalité.François Bayrou, Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou ont déjà repris à leur compte la proposition de la FNDMP.                                                                    Nicolas Sarkozy est quant à lui resté sans réponse suite à notre interpellation pendant que François Hollande s’est engagé à organiser « une concertation sur ce sujet ».                              Ces réponses sont largement insuffisantes face à l’enjeu que représente cette clause de préférence nationale !

TOUS CHEMINOTS, TOUS EGAUX !

L’audience d’aujourd’hui est le procès de la France face à son histoire : 745 cheminots marocains revendiquent l’égalité des droits, 40 ans après que la SNCF soit venue les chercher chez eux, au Maroc pour venir travailler en France. 12 autres audiences auront lieues dans les prochains mois.

Depuis les années 70, ces cheminots occupent les mêmes fonctions que leurs collègues de nationalité française, mais n’ont pas le même salaire, pas le même statut, pas les mêmes avantages, pas la même retraite !

En 1991, l’Europe fait admettre à la France qu’il n’est pas nécessaire d’être français pour être infirmier, enseignant ou facteur. 20 ans plus, près de 6 millions d’emplois sont toujours fermés aux non-européens. Suite à ce constat, il est nécessaire que l’Etat français fasse preuve de maturité afin d’ouvrir ces emplois à des travailleurs compétents sans condition de nationalité. Si l’Etat légitime une discrimination à l’embauche à l’égard des travailleurs immigrés, pourquoi s’étonner qu’il existe encore des entreprises qui la pratique ?

C’est pourquoi nous revendiquons l’ouverture des emplois fermés.