Présidentielle-social-discrimination-banlieue Potes : 10 propositions pour plus d'égalité dans les quartiers populaires

Présidentielle-social-discrimination-banlieue    Potes : 10 propositions pour plus d'égalité dans les quartiers populaires

   PARIS, 4 juin 2011 (AFP) - La Fédération nationale des maisons des potes a présenté samedi à l'Hôtel de Ville de Paris dix propositions pour interpeller les futurs candidats à l'élection présidentielle et "faire de l'égalité une réalité" dans les quartiers populaires, a constaté un journaliste de l'AFP.

   Ces mesures "concrètes" s'inscrivent dans les domaines de l'éducation, l'immigration, la justice, la culture ou encore l'emploi. Pour lutter contre "l'école à deux vitesses", les Potes proposent ainsi d'ajouter 30% d'enseignants dans les zones d'éducation prioritaire (Zep).

   "Contrairement aux idées reçues, les établissements en zones d'éducation prioritaire coûtent 30% moins cher à l'État que ceux des beaux quartiers et autres centres-villes. Leurs enseignants sont majoritairement débutants, donc moins payés que les profs expérimentés", explique la fédération dans un communiqué.

   Pour un accès égalitaire au logement social, elle prône "l'anonymisation des demandes". En matière de justice, elle souhaite le doublement de l'aide juridictionnelle. Pour lutter contre les discriminations à l'embauche, la fédération réclame l'ouverture des "emplois fermés", actuellement réservés aux ressortissants européens.

   D'autres propositions portent sur la "régularisation des travailleurs sans papiers" ou les violences faites aux femmes.

   Ces dix propositions ont été formulées à la suite de deux "Tours de France de l'égalité" organisés de novembre 2010 à avril 2011 dans quarante villes de France.

   Une centaine de personnalités issues du monde associatif ainsi que des élus locaux ont signé cet appel du 4 juin de la Fédération nationale des maisons des potes, qui prévoit d'organiser un troisième Tour de France de l'égalité à l'automne.

   Créée en 1989 et proche de SOS Racisme, la Fédération nationale des maisons des potes réunit des associations implantées dans des quartiers populaires pour défendre la cause des jeunes, des immigrés et de tous les habitants de ces quartiers.